Droits de l’homme

Droits de l’homme

Nous améliorons les conditions de travail et de vie tout au long de notre chaîne d’approvisionnement et en amont

Tous les jours, des millions de personnes dans le monde entier travaillent pour fabriquer des denrées alimentaires et des marchandises, vendues sur les étagères de nombreuses enseignes telles que Lidl.

Les entreprises, dans leurs chaînes d’approvisionnement mondiales, doivent s’engager aux côtés des États à faire respecter absolument les droits de l’homme et à les garantir dans leurs relations d’affaires directes. Avec ses partenaires, Lidl s’engage donc dans l’ensemble de sa chaîne de valeur pour le respect des droits de l’homme.

Nos principes

La production des marchandises vendues par Lidl implique de nombreuses personnes dans le monde entier. Il en va de notre responsabilité entrepreneuriale de respecter et de protéger vos droits fondamentaux. Pour ce faire, nous nous alignons sur les cadres internationaux déjà existants tels que la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations unies, les principes directeurs sur l’entreprise et les droits de l’homme des Nations unies et les normes fondamentales du travail de l’OIT.

Nous sommes convaincus que le respect mutuel est la base de notre réussite. La responsabilité envers l’être humain et la société fait d’ailleurs partie intégrante de nos valeurs d’entreprise.
Avec le Code de conduite Lidl, depuis de nombreuses années, nous obligeons nos partenaires dans la chaîne d’approvisionnement à veiller au respect des droits de l’homme et à les mettre en application dans leurs propres activités commerciales.

Notre approche
Nous souhaitons affronter fermement les risques liés à notre activité économique en matière de droits de l’homme. En ce sens, nous examinons en permanence les risques potentiels lors de la production de nos produits.
Pour nos marques de distributeur, nous les évaluons dans le cadre d’un processus basé sur différents indices, par exemple le Global Slavery Index. Nous faisons également appel à des experts externes avec lesquels nous sommes engagés dans un dialogue permanent.

Nous souhaitons identifier systématiquement les risques possibles, également dans notre chaîne d’approvisionnement. En ce sens, nous réalisons continuellement des évaluations des risques sociaux et écologiques au sein de notre assortiment de marques de distributeur, afin d’identifier par exemple des risques tels que le travail des enfants ou le travail forcé. Vous trouverez une représentation détaillée de cette analyse des risques dans le document de position relatif au devoir de diligence des entreprises.

Nous souhaitons faire face aux risques identifiés par des mesures efficaces. Afin d’améliorer les conditions de travail dans notre chaîne d’approvisionnement et de garantir le respect des droits de l’homme, nous favorisons un échange actif avec nos fournisseurs et dialoguons avec les ONG et les représentants des salariés. Parallèlement, nous avons lancé des initiatives propres et mis en place des collaborations avec des partenaires de renom.

En cas de violation, nous réagissons immédiatement. Pour les personnes concernées ou les observateurs des violations des droits de l’homme, nous avons créé un mécanisme de signalement, sous forme de système de déclaration en ligne.

Suppression du travail des enfants

Suppression du travail des enfants

Les enfants ont besoin de notre protection, il est donc interdit de les employer en âge scolaire ainsi que dans des conditions dangereuses. En tant que détaillant alimentaire, il est de notre responsabilité, en étroite collaboration avec nos fournisseurs, d’interdire en conséquence le travail des enfants.

Liberté d’association

Liberté d’association*

La liberté de pouvoir se structurer en comité d’entreprise constitue un élément essentiel des droits des travailleurs. C’est précisément dans les pays dans lesquels la protection des salariés est faible d’un point de vue structurel que nous souhaitons nous engager en faveur de la liberté d’association, afin que les salariés puissent s’organiser efficacement.

Suppression du travail forcé

Suppression du travail forcé

Toute personne est libre d’exercer un travail spécifique. En revanche, si une personne est contrainte à un certain travail, il s’agit alors d’une violation de l’un des droits fondamentaux de l’homme. En collaboration avec nos partenaires dans la chaîne d’approvisionnement, nous avons le devoir d’éviter toute forme de travail forcé.

Sécurité au travail

Sécurité au travail*

Des personnes en bonne santé constituent les fondements de notre réussite. Les salariés doivent donc être particulièrement protégés à leur poste de travail. En collaboration avec nos partenaires, nous souhaitons créer des conditions de travail sûres.

Suppression de la discrimination

Suppression de la discrimination

L’égalité devant la loi constitue l’un des droits fondamentaux de l’homme. C’est pourquoi chez Lidl, nous nous opposons à toute forme de discrimination, par exemple selon le sexe, et nous nous engageons en faveur de conditions justes dans la chaîne d’approvisionnement. Pour en savoir plus, consultez notre politique d'achat l'égalité des sexes dans la chaîne d'approvisionnement.

Rémunération adaptée

Rémunération adaptée*

Dans l’agriculture et le secteur industriel, comme dans l’industrie du textile, le salaire payé couvre souvent à peine les besoins élémentaires des salariés et de leurs familles. Nous nous engageons donc à proposer des salaires décents et des prix équitables auprès de nos producteurs.

Mécanisme de plainte

L’accès à un mécanisme de plainte efficace, y compris pour les travailleurs des chaînes d’approvisionnement internationales, est une composante essentielle du devoir de diligence de l’entreprise afin de détecter tout risque d’atteinte aux droits de l’homme et toute violation de la loi. En pratique néanmoins, cela représente souvent un défi aux niveaux inférieurs de la chaîne d’approvisionnement, car les travailleurs doivent recevoir l’accès aux mécanismes de plainte dans des contextes très différents (connaissances linguistiques, accès aux technologies de l’information, spécificités culturelles, etc.).  
C’est pourquoi Lidl s’est fixé l’objectif de tester des mécanismes de plainte dans différentes chaînes d’approvisionnement, afin d’identifier des approches efficaces susceptibles d’être déployées à plus grande échelle. Lors de cette première étape, nous avons commencé à tester des mécanismes de plainte dans trois chaînes d’approvisionnement à risques.

Les baies produites en Espagne
Dans le cadre de ce projet pilote, nous avons établi, en collaboration avec notre partenaire Elevate, un nouveau mécanisme de plainte efficace à destination des travailleurs du secteur des baies à Huelva, en Espagne. Ce mécanisme de plainte est mis en place pour la saison des récoltes 2021/2022 auprès d’une sélection de producteurs. Nous veillons tout particulièrement à trouver des solutions aux obstacles actuellement rencontrés par les travailleurs. Ce mécanisme de plainte propose plusieurs canaux de communication, dont une hotline tenue par un personnel formé, ainsi que la possibilité de transmettre les plainte via WhatsApp. Celles-ci sont acceptées dans toutes les langues. L’échange téléphonique via la hotline est possible en espagnol, en arabe et en anglais. En outre, les travailleurs reçoivent une formation sur l’utilisation du mécanisme. Pour tenir compte du fait que la majorité des personnes travaillant sur place sont des femmes originaires d’Afrique du Nord et d’Europe de l’Est, tous les opérateurs de la hotline sont des femmes. Le projet fera l’objet d’une évaluation à la fin de la saison des récoltes et un rapport sera établi sur les résultats et les prochaines étapes.

L'huile de palme
nous collaborons avec nos fournisseurs Griesson – de Beukelaer et Cargill afin d’instaurer un mécanisme de plainte efficace dans le secteur de l’huile de palme. Dans le cadre de ce projet, nous travaillons avec un certain nombre de fournisseurs d’huile de palme et leurs plantations afin de déterminer si ce mécanisme de plainte se prête à un déploiement dans d’autres régions ou pour d’autres groupes de produits. Le projet se poursuivra probablement jusqu’à la fin de l’année 2022.
 
Le lait de coco produit au Vietnam
Au Vietnam, nous lançons un autre mécanisme de plainte fourni par le prestataire de services Ulula en coopération avec amfori. Il s’agit ici d’un mécanisme testé à la fois dans les domaines Food et Non Food. Lidl participe au projet avec des sites de production dans le domaine du textile et du lait de coco. Ce projet met également différents canaux de communication à disposition des travailleurs. Étant donné qu’il y a souvent plusieurs donneurs d’ordre actifs dans un site de production, les plaintes sont examinées de manière centrale par un tiers mandaté, et des mesures correctives sont recherchées. Ce projet se poursuivra jusqu’au milieu de l’année 2022, puis fera l’objet d’une évaluation par amfori et ses membres afin d’étudier la possibilité d’un déploiement.

Human Rights Impact Assessment

Dans le cadre du développement de notre devoir de diligence en matière de droits humains, nous réalisons régulièrement des évaluations de risques approfondies. Ces EIDH (Évaluations de l'impact sur les droits humains, Human Rights Impact Assessments (HRIA) en anglais) sont réalisées selon une méthode reconnue au niveau international.

 

Identification des chaînes d’approvisionnement concernées

En tant que détaillant alimentaire, nous souhaitons éclairer les chaînes d'approvisionnement complexes par des évaluations approfondies des risques, les EIDH. Afin d'identifier et de prioriser les chaînes d'approvisionnement les plus pertinentes, nous réalisons d'abord des évaluations approfondies de l’importance relative et des risques. Dans le cadre de ce processus, nous avons décidé d'effectuer des EIDH dans les chaînes d'approvisionnement du thé kenyan, des baies espagnoles et des bananes colombiennes. Dans ces chaînes d'approvisionnement, si nous avons identifié des risques accrus en matière de droits humains , nous avons en même temps la possibilité d'agir sur ces chaînes d'approvisionnement grâce à un volume d'affaires plus important.

 

EIDH - Méthodologie

Nos EIDH reposent sur un processus systématique d'identification, de hiérarchisation et d'examen de l'impact de nos activités sur les questions relevant des droits humains. Un aspect important de notre approche est l’établissement d’un plan d'action, assorti d'un calendrier, afin de garantir que les impacts négatifs sur les droits humains identifiés au cours du processus soient effectivement minimisés. Lors de l'élaboration de l’EIDH, les parties prenantes et les bénéficiaires de droits sont toujours directement impliqués. Cela implique de prendre en compte les différentes perspectives des personnes susceptibles d'être indirectement affectées par les activités commerciales de Lidl et de recueillir l'avis des syndicats, des organisations de la société civile, des initiatives multipartites (MSI) et des ONG, notamment pour permettre un accès direct aux bénéficiaires de droits. Nous continuerons donc à développer des partenariats pour soutenir nos plans d’action et activités de suivi. Par la même occasion, nous sommes conscients qu’une EIDH s’inscrit dans un processus de devoir de diligence continu et n’est pas une évaluation ponctuelle.

 

Objectifs

Par le biais des EIDH, nous essayons d'obtenir une compréhension plus claire de l'impact indirect et direct de nos activités commerciales au sein d'une chaîne d'approvisionnement à haut risque donnée.  Cela devrait permettre de mieux comprendre notre potentiel d'influence, notre rôle et notre responsabilité dans la minimisation des impacts identifiés. Grâce aux EIDH, nous obtenons en outre des informations sur les problèmes systémiques auxquels sont notamment confrontées les personnes en situation de vulnérabilité, par exemple en matière de discrimination sexuelle, de droits fonciers ou de liberté d'association.  Grâce à l'implication des parties prenantes, nous établissons en même temps des partenariats sur le terrain afin d'avoir un accès direct aux bénéficiaires de droits et de pouvoir comprendre l'impact de première main. Nous établissons ainsi une base pour la mise en œuvre de mesures visant à traiter les risques identifiés.

 

EIDH dans la chaîne d’approvisionnement des baies

En 2020, nous avons réalisé une EIDH dans la chaîne d’approvisionnement de baies de la province espagnole de Huelva. Sur la base des enseignements tirés, des mesures ont été développées en 2021 en collaboration avec nos fournisseurs et en consultation avec des ONG et des syndicats locaux afin de traiter les risques mis en évidence.

Informations supplémentaires